Jacques Salomé dans  » Vivre avec soi « .

« La vie n’est ni mauvaise ni difficile. Elle est belle et sereine, c’est nous qui la maltraitons. Alors ose ta vie, toi seul la vivras »

Une des erreurs consiste à confondre plaisir et joie, le sentiment du bonheur ne résulte pas d’une accumulation de plaisirs, mais de la capacité à vivre dans la joie les moments les plus anodins de la vie. La joie n’est pas seulement un élan, elle est jaillissement interne d’énergie qui dynamise la personne et son entourage. La joie participe d’un accord de tous les sens avec l’instant. Le plaisir et une sensation qui peut être forte et bonne mais qui reste limitée à une action donnée. Le plaisir s’épuise au moment même où il est vécu, alors que la joie s’amplifie et se diffuse au fil de multiples accords qui renaissent et laissent des traces plus durables.

Être heureux ne dépend pas seulement de l’irruption d’un évènement gratifiant ou bienveillant dans notre vie, mais surtout de notre capacité à accueillir, à protéger et à amplifier cet événement sans le parasiter par des pensées toxiques.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s