La douleur

La douleur dépend de l’individu qui la vit, de ses représentations, de son histoire, et de sa culture.

Elle renvoie à sa singularité.

Il est donc important de garder en tête dans les prise en charge que c’est le patient douloureux qui est au centre et non la douleur.

Il est primordial d’analyser le fonctionnement relationnel du sujet douloureux à sa façon de communiquer pour mieux appréhender son expérience subjective de la douleur.


Si la douleur aigue est un signal d’alarme pour le corps et est utile en tant que telle car elle est le témoin d’une lésion ou d’un traumatisme, la douleur chronique n’a pas de sens sur le plan médical car une fois le signal d’alarme de dysfonctionnement donné, et après la disparition du trouble causal , il n’y a pas de nécessité que la douleur perdure.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s